vendredi 14 juin 2019

Comment j’ai allié travail et (tire)-allaitement




Allaiter, du moins donner son lait à son bébé, n’est pas incompatible avec la reprise du travail. Cela demande de l’organisation et de l’énergie certes, mais c’est faisable! Si je l'ai fait, tout le monde peut le faire je pense.

Pour mon ainée, j’ai repris le travail quand elle avait 5 mois et demi. J'ai continuer à (tire) -allaiter pour elle jusqu’à ses 13 mois. Pour moi il était inconcevable de lui donner du lait en poudre tant qu'il n'y avait pas de raisons médicales qui m'empêcheraient d'allaiter.

L’idée de départ était de conserver les tétées du matin (avant de partir au travail), du soir et de la nuit et de donner à mon mari (qui était papa au foyer) le lait que j’avais tiré la veille ou un peu plus tôt, selon les stocks, pour qu’il donne le biberon à notre fille la journée. 
Cela a très bien fonctionné à l’exception du fait que ma fille a très vite refusé de téter en journée une fois qu'elle a pris le biberon, il fallait donc que je tire mon lait aussi pour le matin et le soir. Elle ne prenait le sein que la nuit.

Je me suis mise d’accord avec mon boulot pour remplacer ma "pause déjeuner" par 3 sessions de 15 minutes pour tirer mon lait (dans tous les cas j’ai un job flexible au niveau de la présence, tant qu'on fait le travail. J'ai toujours fait beaucoup d’heures supplémentaires quoi qu’il arrive, dans les transports et après que ma fille soit couchée, c’est la vie d’un chef de projet). En France je sais que la loi permet aux femmes d'avoir une heure de pause par jour pour allaiter ou tire-allaiter. Je ne sais pas si c'est la même chose en Australie mais je ne voulais pas perdre une minute de loin de ma fille et donc je préférais ne pas prendre de pause déjeuner en plus et je ne prenais que très rarement une pause ‘café’ avec mes collègue, afin de rentrer à la maison le plus vite pour passer du temps avec elle.

Niveau logistique, je me suis achetée un petit sac Thermos. Tous les soirs je préparais mes petits pots en plastique pour stocker mon lait ainsi que mon tire lait et je le mettais dans mon sac pour amener au travail (du coup, Adieu le petit sac à main mais c'est pour la bonne cause).

Je tirais donc mon lait 3 fois par jour au travail et 2 à 3 fois par jour à la maison, selon les besoins. La plupart du temps, j'avais assez de lait. Il y a des jours avec la fatigue et le stress j'en avais moins et je complétais avec du lait que j'avais congelé plus tôt dans l'année. Quand je voyais que mon lait diminuait trop, je rajoutais une session de tire-allaitement dans la nuit ou tôt le matin pour booster la production.

Je mettais mes pots de lait dans le sac Thermos puis, au frigo de la cuisine du bureau et le soir je ramenais le tout à la maison pour que mon mari l'utilise le lendemain.

La seule vraie “difficulté” était due au fait de travailler en open space et donc de ne pas avoir de bureau “douillet” pour tire-allaiter. Je refusais de le faire aux toilettes sauf urgence extrême en déplacement. Du coup je le faisais dans la seule pièce qui fermait à clé, la salle de stockage, au milieu des cartons et du matériel. J’y installais une chaise et j’y branchais mon tire-lait. D’ailleurs, cette salle servait aussi de salle de prière pour mes collègues musulmans. On en rigolait pas mal et on a sérieusement pensé à faire des pancartes “occupé pour prière” et “occupé pour tire-allaitement” pour notre salle multi-fonction. Mes collègues étaient tous ouverts d'esprit à ce sujet. Ayant beaucoup de collègues Indiens pour lesquels il est indispensable que la femme allaite pendant 2 ans, ils me supportaient beaucoup et étaient fiers de voir une femme chef de projet prendre le temps de faire cela pour son enfant. Ca m'a beaucoup motivée.

J’ai vu (et pu utiliser) chez certains de mes clients avec des bureaux plus gros, des salles dédiées au tire-allaitement avec canapé douillet et petit frigo ou un coin dédié dans l’infirmerie. Le rêve! C'est triste que cela ne soit pas plus démocratisé et automatique partout! D'ailleurs avant de repartir en congés maternité, mon chef attendait la confirmation de budget pour créer une petite infirmerie comme cela dans notre bureau, il faudra que je suive l'avancement à mon retour!

Je mangeais mon lunch soit en tirant mon lait, soit en bossant derrière mon ordinateur (ce que j’ai quasiment toujours fais dans ma carrière même avant d'avoir un bébé car quoi qu’il arrive je n’aime pas perdre mon temps pour mon lunch sauf en cas de repas avec collègue une fois de temps en temps).

Dans l’ensemble tout s’est bien passé, j’ai eu quelques loupés du type:
* oublier mon tire-lait au boulot ou à la maison (j’ai dû tirer mon lait à la main dans ces cas là et compléter avec mes réserves congelées. Je conseille donc d’en louer un et d’en acheter un pour en avoir deux si vous voulez tire-allaiter longtemps, pour en avoir un au bureau et un à la maison.
*oublier mes pots, heureusement que je travaille en ville, j’ai pu en acheter en pharmacie ces jours là (du coup j’ai une grande collections de pots que j'utilisais après pour les purées de Jodie ou emmener mes snacks au boulot).

Ce n’était pas facile tous les jours mais je suis fière de l’avoir fait. Pour moi c’était primordial de continuer à donner le meilleur pour ma fille et ne pas l'en priver à cause du travail. Cela me permettait aussi de me sentir moins coupable d’être au travail car je faisais quand même quelque chose pour elle ...

Et vous, si vous allaitez, pensez-vous continuer après le retour au travail? 
J’espère de tout mon coeur que mon expérience pourra aider quelques mamans qui se demandent comment elles vont faire en reprenant le boulot.  C’est faisable croyez en vous et en la force que vous avez pour vos bébés ♡.


2 commentaires:

  1. Waouh bravo !
    J'allaite toujours un peu ma fille de 18 mais dès ses 8 mois, on a introduit du lait en poudre en complément de l'allaitement. Je ne tirai pas assez et mon stock diminuait trop vite ! J'ai tiré mon lait de ma reprise du travail au bout de 3 mois) jusqu'à ses 1 ans mais je tirai de moins en moins… Maintenant nous n'avons plus qu'une petite tétée ensemble le matin, c'est déjà ça !

    RépondreSupprimer
  2. Merci :)
    Oui avec l'allaitement c'est vraiment la loi de l'offre et la demande. Si on ne tire/allaite pas "assez" le corps se dit qu'il n'y a plus besoin de fabriquer le lait. Ca peut diminuer très vite malheureusement mais ça peut aussi revenir assez vite il faut avoir le temps c'est le plus difficile.
    Après il faut savoir qu'après 12 mois ils n'ont plus tant besoin de lait que ça puis qu'ils doivent manger des laitages. L'infirmière puéricultrice m'avait dit qu'après 18 mois en théorie ils n'en ont plus besoin du tout tant qu'ils mangent équilibré donc une tétée par jour ça suffit c'est surtout pour garder le contact et le moment doux avec bébé.

    RépondreSupprimer